Sexualité saine

a-Arc-en-ciel-]

Voir aussi fichier tt

Un amour cultivé ne s’use jamais ! Salomé J.

La question des préliminaires sexuels…et amoureux. Les difficultés concernant les préliminaires résident dans la confusion érotique, le fantasme, .. et consécutivement la mentalisation au détriment du ressenti. Aimer ne consiste pas à jouer un rôle, amant sécurité performance mais plutôt à une création une découverte, une révélation à chaque rencontre

Quand une femme ou un homme nécessitent des préliminaires c’est peut-être puisque il n’y a pas simplement l’intérêt ou la disponibilité sexuelle mais simplement uniquement la disponibilité érotique ou l’envie de caprice ou le test du parteniare. ,

Sentimentale parfois simplement un caprice(physio, psycho énergétique, temporel)

C’est bien parce que l’on pense (et donc que certaines s’emnuient-merdent !) en coîtant que la sdexualité ne nourri plus-pas l’amour ou dla relation amoureuse

La sexualité tantrique distingue ressenti et émotion c’est cela qui la différencie de la sexualité adolescente et pornographique avilissante !

Les troubles et déviances sexuels s’expliquent par la limitation et compromission (morale, sociologique)

Mal-être amoureux plus ou moins perçu = analyser comprendre et modifier le comportement amoureux… apprendre à cultiver la relation saine et la présence active à l’être authentique à 2 ou bien changer de partenaire, copains, famille (relativement) ou de travail ! fichier relation toxique !

La stabilité et disponibilité amoureuses sont menacés par la moindre incertitude voile, conflit, la relation et rapport sacré se font à deux -mais avec l’être profond et pas l’ordinaire- qui est probablement -à un degré quelconque- confus incertain précaire et egotique !

Pour ce qui concerne ce texte et en ce qui me concerne, l’amour sacré est nécessairement sexué (sinon amour, foi, témoignage, soumission dépendance, affection parentale, fraternelle, filiale etc.) De plus quand je parle d’amour sacré je parle de celui sexué entre un homme et une femme (hétéro-polarité, ying/yang, électrique, chimique, champs électroniques, quantiques, énergétiques) donc amour, affection, tendresse, engagement pour homo car monopolarité et je prétends que même l’homo peut accéder à la sexualité sacrée avec le projet tantrique hétéro (comme nous sommes avec le tantra hors de l’érotisme, du désir, romantique, sentimental) ! Gay et lesbienne judicieusement sereinement et en toute sécurité compréhension peuvent être partenaires sacrés en plus de l’amour humain et préférence sexuelle !

Le sexe sain est responsable sacré efficace et ni enchaîné ni contrit ni libéré ni licencieux !

Santé sexuelle sentez la différence !

L’éducation génitale (école) l’éducation amoureuse (celle des romans, des films et des héros) ainsi que l’éducation sexuelle (malheureusement uniquement le X pornographique) restent confus et maladroitement entre-mélées et ne sont pas applicable à chacun inconsidérément ! La sexualité consiste non pas en une reproduction (dans les 2 sens) d’une situation ou même d’un ébat déjà savouré ou révélé mais plutôt la quête d’inconnu, de sensations de ressentis La frustration amoureuse serait écrite dans le marbre et la liberté sexuelle serait frappée d’un sceau d’infaisabilité totale (histoire, civilisation, romantisme, morale). Les perversions résultent de l’incompréhension et incompréhensibilité de chacune des écoles. Avec une éducation sexuelle essentielle saine. La culpabilité chrétienne est évidemment un toxique amoureux qui colore aussi les autres traditions et je désire affirmer ; que l’on soit chrétien, musulman ou autres nous le sommes a) en société b) dans le couple c) dans notre identité et identification et -certainement plus du tout- dans la relation sexuelle car tout sauf la sexualité peut être régi et conditionné) et compréhensible et adapté à chaque histoires et individualités (synthèse des écoles tantriques, taoïstes, hygiénistes etc.) les troubles, la perversion et la criminalité sexuels disparaîtront.

La « masculinisation » de la sexualité représente un travers subtil, ancré et robuste qui colore (ou plutôt assombris) la relation amoureuse. Cette « masculinisation » qui entretient la confusion entre faire des enfants et faire l’amour est généralisée autant pour les psychiatres, sexologues, médecins (glande interstitielle génitale et pas que canaux spermatiques) artistes enseignants, auteurs, pseudo idoles etc. qui normalement devraient au moins avoir réglé leur sexualité avant de prétendre être des exemples ! Tout comme les psy ni les curés ni imams ne peuvent nous expliquer la sexualité car leurs vision, attitude et compréhension sont déformées par les filtres qu’eux-mêmes s’imposent et prétendent nécessaires à tous (ce que je conteste).

Par exemple dans les cours devraient être formulé clairement qu’une fellation un cunnilingus n’est pas une attitude de soumission ou de perversion mais bien plus une quête d’intensité mystique bien que ce ne soit pas les mêmes « arcs électriques » ni aussi puissants et délicieux qu’entre vagin et pénis.

Distinction et dissociation du ressenti et émotion (romantique, fantasme, érotisme, sentiment)

Ressenti est possible uniquement au présent et il n’est pas possible de ressentir ce qui c’est déjà passé ou ce qui se passera, nous pouvons juste l’imaginer (mental) ou souvenir (mental) !

Emotion est conditionnée par le mental et façonne, re-cadre, voile, enferme aussi vers un objectif et un fantasme et cela constitue déjà une forme de déviance (dont nombreux psychiatres sexologues et psychologues sont victimes) et qui expliquerais les tragiques sexualités (viol pédophilie tromperie névroses impuissances frigidité performance insatisfaction !

Pornographie et X : La surimposition des termes sexualité et pornographie est abusive car les rapports sexuels n’entraînent pas nécessairement l’utilisation et la justification la complaisance, -parfois la valorisation- des bas instincts humains (pornographie). La sexualité représente bien plus une quête métaphysique eschatologique et amoureuse. La relation est un outil pratique d’exploration du réel, de l’essentiel et de soi-même. J’existe plus en étant en relation avec l’autre

Sont bien plus pornographique les quelques exemples suivant :

– Bush justifiant et même se félicitant des 50 000 morts irakien !

– Couchepin affirmant la peur comme vertu sociale et donc confirmant l’obligation d’assurance maladie (« assistance maladie » plus exactement) et donc l’aliénation médicale allopathique consécutive !

Séduction. Séduire ne corresponds pas à une prise de pouvoir d’un être sur un autre mais bien plutôt donne à celui que l’on séduit la possibilité de voir notre beauté véritable, aimante et vivante et qui n’a que peu à voir avec la plastique brute

A chaque seconde sur la planète environs 50 mio de couples (100 moi d’êtres) essaient plus ou moins raisonnablement ou maladroitement de comprendre et accéder inconsciemment à l’éveil amoureux.

Le centre de la relation n’est pas les affinités sociales affective et émotionnelles pour –si compatible- permettre éventuellement des grands écarts intimes qui ne plomberont pas la relation mais plutôt la sexualité.

C’est l’intimité le centre de la relation qui s’épanouira en s’élargissant mutuellement ou séparément selon les inclinaisons individuelles au contraire de la relation amoureuse classique qui va du général à l’intime et qui est parsemé de risques d’incompréhention, maladresses et autre aléas qui souvent se résument en une perte de temps qui aurait été avantageusement investi autrement et sereinement.

Choix Relation conventionnelle Relation tantrique

Début Affection, intérêt, tendresse Projet tantrique, tendresse

Condition sociales déterminantes entente sexuelle relationnelle

Développement du général à l’intimité de l’intimité au général

La puissance des larmes est enchanteuse. Lorsqu’une souffrance, une frustration accable un être il est nécessaire de pleurer et pas nécessairement en souffrant avec ou sur la cause déclanchante originale mais essayer de pleurer sur le sort d’autres afflictions ou résiliences (fictions, fictives ou réelles) ou bien parfois suffisant pleurer de rire ! Comme si les cristallisations salées concentraient énergétiquement les remords, regrets, désespoirs, désespérances, doutes etc.

Les rythmes respiratoires différents sont autant de différences amoureuses et sexuelles ! et savourer ces différents rythmes consiste en autant de différences et de nouveaux sensations et ressentis.

Les différentes intensités des présences sont autant de nouveaux espaces