a-oreilles-bouchées-communication[1]

enseignement préparatoire en vue d’une étude plus approfondie !

La Sémantique générale n’est pas une philosophie, une psychologie ou une logique dans le sens ordinaire. C’est une nouvelle discipline extentionnelle (plus grande extension logique de chaque mot, prolongement) qui nous explique et nous enseigne l’utilisation la plus efficace du système nerveux. Ce n’est pas une science médicale, mais comme la bactériologie elle est indispensable à la médecine en général, à la psychiatrie, à l’hygiène mentale et à l’éducation en particulier. En bref c’est la formulation d’un nouveau système non-aristotélicien d’orientation qui affecte toutes les branches de la science et de la vie. Prises séparément les questions en jeu ne sont pas tout à fait nouvelles ; ce qui est entièrement nouveau, c’est leur formulation méthodologique en tant que système qui est pratique, enseignable et si élémentaire qu’il peut être appliqué même par des enfants. Albert Korzybski

La réalité existe en fonction de nos propres systèmes nerveux. La réalité dépend de la langue de la culture et des raisonnements que celles-ci provoquent … et conditionne-emprisonne celle-ci ! En s’exprimant en Anglais après un certains temps les mots et les habitudes changent ! Une idée n’est pas une chose matérielle mais un ensemble de connexions cellulaire cérébrales en relation avec le reste du corps ! Une idée est le reflet d’une organisation dynamique de neurones. Les postulats, les doctrines, les croyances et. Identifiées peut être révisées. Changer d’idée.

L’individu est relié à son environnement, et la sémantique générale permet d’aborder globalement (avec corps et esprit) cette relation sinon il reste prisonnier du système aristotélicien qui produit l’inhibition (excitation).

Sémantique générale concerne idées, sens, sentiments, sensations instincts, mouvement. Il est question d’apprendre à éprouver, et connaître (re) ses déviations et schismes et donc de les réparer. La sanité cerne les vérités, mensonges, répressions pour utilisation efficace du SN et l’effet des énoncés faux ou réprimés sur le SN. Les systèmes politiques économiques, etc. qui sont basés sur des mensonges et des répressions de la vérité, doivent obligatoirement déséquilibrer le fonctionnement des systèmes nerveux de la population…(et donc la structure sociale…. ! L’éducation favorise l’esprit (hémisphère gauche de l’intellect) au détriment du droit (sensibilité, ressenti, sentiments, intuition etc.) L’individu utilise une très importante quantité de l’énergie pour repousser ces « démons » !

La présence à soi est réduite de par la fuite du ressenti ! La Sémantique générale (méthodologie physico-mathématique, généralisée, simplifiée applicable à l’existence) apporte à celle-ci de nouveaux postulats qui libèrent d’erreurs contraintes (et complaisance) imposées par les systèmes précédents.

La Sémantique générale appliquée (pas juste discutée) révèle et développe des capacités humaines insoupçonnées. Les enfants ont plus de facilité à s’aventurer dans le monde non-Aristotélicien les contraintes du système non-Aristotélicien rendent inconcevable la compréhension du système non-Aristotélicien mais sont indispensable pour le saisir.

Les connaissances sont des choses qui se transmettent (examens) puis avancement vers connaissances additionnelles

Pour corriger les conséquences de notre éducation A (Fonctions indicibles sous-jacentes vers intellect) prendre le sens inverse (intellect vers fonctions indicibles sous-jacentes)

  1. révision des idées reçues (apprentissage des méthodes inhérentes) et l’utilisation (ni compréhension, ni discussion) conduit automatiquement à une organisation nerveuse plus saine capable d’évaluer correctement les évènements et résoudre les problèmes qu’ils posent.

  2. Dans l’enseignement non-A le sujet (l’élève) se considère comme un tout dans un environnement.

  3. Découvrir et éliminer quelques déformations et contraintes de son système personnel.

La Sémantique générale enseigne l’évaluation correcte du monde y compris de nous-mêmes et hiérarchise les valeurs correspondantes à la hiérarchie naturelle du fonctionnement nerveux.

Le territoire est plus important que la carte. Les actes non verbaux sont plus important les paroles à leur sujet. Notre ressenti est plus important que les idées (croyances principes, règles) apprises contre nos gré et dont l’existence est ignorée et qui nous empêchent d’éprouver ! Les symptômes sont des symboles (altération de l’organisation globale)

Diapos N° 31 Différentiel de structure :

Dans cette figue (1) représente le niveau des processus dynamiques qui constituent l’univers. Nous ne les connaissons pas directement ; leur existence à été postulée sur la base de nombreuses observations physiques.

Ces processus nous les appelons « atomes », « photons », « énergies », « ondes », « radiations» etc. leur nombre est illimité, d’où la forme de la courbe ; une parabole dont les limites s’étendent indéfiniment.

La plupart de ses événements nous échappent car nos organes des sens ne nous permettent pas de les détecter (consciemment du moins).

Toutefois nous sommes sensibles à certains d’entre eux, que nous abstrayons de ce flux cosmique pour construire les sensation, images, etc. qui constituent nos objets, notre « réalité » propre à chacun. Un cercle fermé(2) représente ce niveau « objectif » -le niveau des objets, des choses, dont le nombre de caractéristiques est limité par le système nerveux.

Il s’agit d’un niveau silencieux

Notons que, dans ce contexte, le terme objectif » réfère niveau objectif et n’a rien à voir avec les notions traditionnelles d’objectif et subjectif, qui implique l’existence des choses telles quelles sont, indépendamment d’un observateur.

A partir de (2) nous abstrayons de nouveau pour passer cette fois-ci à un premier niveau verbal (3)

L’abstraction verbale que je fais n’est pas l’abstraction silencieuse précédente. En d’autres termes La carte n’est pas un territoire qu’elle représente

Possédant une image (niveau 2), une sensation dans mes mains (niveau 2), etc. je peux dire (niveau 3), « voilà un livre ». Ce que j’ai dit n’est pas ce que j’ai dans les mains.

D’une main touchez à l’un de vos vêtements et en même temps, de l’index de votre main pointez vers le cercle (2).

Ne dites rien, restez silencieux intérieurement autant que possible ;éprouvez la texture du vêtement et pointez vers le cercle (2). Faites-le

Puis lâchez le vêtement, ne le touchez plus. Pointez vers l’étiquette (3) et nommez à haute voix ce que vous touchiez auparavant . Décrivez-le, dites ce que vous voulez à son sujet.

Puis arrêtez de parler, reprenez le vêtement, restez silencieux et pointez vers le cercle. Ce que vous dites (pointer étiquette) n’est pas la chose (pointez vers le cercle).

Vous ne comprendrez pas cela si vous ne le faites pas. Vous ne comprendrez que les mots. Vous pourrez discuter, disputer, analyser cette situation indéfiniment, vous serez encore et toujours dans les mors : les éléments d’un système de représentations qui exprime la supposition que ce qu’il est, c’est : ce que j’en dis.

Diapos N° 32 niveaux (ordres) plus élevés

Diapositive 4

Autre exemple =Le structurel différentiel avec des niveaux (ordres) plus élevés

Le différentiel de structure avec cette fois ci , plusieurs étiquettes qui représentent des ordres d’abstraction élevés

Exercice sur les niveaux d’abstraction !

  1. Représente le niveau des processus, les « forces » « énergies » etc. sous jacentes aux

  2. « objets, couleurs, odeurs, etc. silencieux que nous abstrayons, qui ne sont pas

  3. Des abstractions verbales, des mots depuis lesquels

  4. D’autres abstractions verbales peuvent se faire depuis lesquels

  5. D’autres abstractions verbales peuvent se faire

  6. , 7, etc…(la flèche conduisant au niveau des processus signifie que l’existence même de ces processus est postulé par les abstraction de niveau élevé (telle que E=mc2)

Afin de faire saisir le notion d’abstraction d’ordre élevé les phrases figurant sur la page suivante portent des N° qui se rapportent aux N° employés sur le différentiel.

Si vous souhaitez sincèrement comprendre ceci = lire une phrase et touchant du doigt l’étiquette correspondante

Ne pas chercher à comprendre ni d’expliquer ni de résumer !

Il faut le sentir pour ne pas qu’il s’échappe. Vous pourrez l’expliquer verbalement ce que vous avez cru comprendre mais l’explication elle même sera d’un ordre élevé et si vous n’avez pas senti ce que cela veut dire vous ne pourrez que tenter de vous l’expliquer à un niveau élevé. Etc. indéfiniment !

Vous vous trouverez dans une situation paradoxale engendrée par une identification entre différents niveaux d’abstraction : ici la « compréhension » (la carte) de ce que nous voulons vous conduire à éprouver (le territoire) N ?EST PAS CE QUE VOUS AVEZ EPROUVE, et c’est ce que vous avez éprouvé qui est primordial

Faites donc ceci : pendant que vous lisez une phrase, toucher du doigt l’étiquette sur le différentiel qui porte le même n° que cette phrase. Les N° ont été placés là uniquement pour vous aider à faire cette expérience ; le schéma différencie des niveaux relatifs et non pas « niveau n », « niveau n +1 » etc.,sur une échelle absolue.

Vous pouvez dire que cette expérience EST « absurde », mais elle N’EST pas ce jugement que vous émettez.

  1. au marché on vends des bananes, des oranges, des pamplemousses, des avocats, des tomates etc.

  1. (au marché…) des fruits, des légumes, etc.

  2. ….des denrées alimentaires

  3. … des comestibles

  4. …des produits de consommation

  5. 9) 10), etc.

La banane (niveau 3) est elle un fruit ?La banane (niveau 3) est elle un comestible (niveau 6) ? Le fruit (niveau 9) est il une denrée alimentaire (niveau 5)

Le niveau n’est il pas le niveau n + 1

Pour bien saisir (sentir non pas comprendre ») cela, faites encore une expérience.

Placez votre main, ouverte, parallèle au sol, au niveau de votre nombril. Dites à haute voix « j’ai des roses dans mon jardin »,

Remontez votre main au niveau de votre poitrine, dites : « j’ai des « fleurs » dans mon « jardin »,

Avez-vous senti que « rose ne se trouve pas au même niveau que fleur » ? (senti non pas compris). La deuxième abstraction verbale se produit plus haut que la première. Nous avons l’habitude de dire : « la rose » est une « fleur» (« rose » = « fleur », mais si vous avez fait l’expérience ci-dessus, vous avez pu sentir aisément que le niveau « fleur » n’est pas le niveau « rose ». Si nous disons : « la rose » est une « fleur » nous identifions deux niveaux différents.

Soyons comme d’habitude logiques ». Si je dis que j’aime les fruits, et si j’ai dit que les bananes sont des fruits, n’est t’il pas logique » de comprendre que j’ai dit que j’aime les bananes ? Si j’ai dit cela, est ce logique de conclure que j’aime les goyaves, les nèfles, les fraises, les citrons, etc., c’est à dire toutes les espèces de cette catégorie ?

Et si je dis au contraire que je n’aime pas les « fruits », est-ce logique de dire que je n’aime pas les bananes » ?

Cependant, voilà ce que produit la « logique » du « est » d’identité dans la langue française. « Banane », « fruit » et « produit alimentaire » se situent à des niveaux différents. Si je confond les niveaux, je confondrai les individus avec les classes auxquelles ils sont rattachées J’aime pas les militaires et…. cet homme est un militaire donc !!!!!..etc..etc….

Résumé formel des prémisses du système d’évaluation non-A de Korzyski =

  1. une carte n’est pas un territoire qu’elle représente

  2. Une carte ne couvre pas tout le territoire qu’elle représente

  3. Une carte est de nature auto-réflexive

Ceci implique que Personne n’est devenu pilote de ligne en lisant un manuel d’instruction, et encore moins en entretenant des discussions philosophique au sujet de l’aéronautique. M. Kendig

Faites donc ceci : pendant que vous lisez une phrase, toucher du doigt l’étiquette sur le différenciel qui porte le même n° que cette phrase. Les N° ont été placés là uniquement pour vous aider à faire cette expérience ; le schéma différencie des niveaux relatifs et non pas « niveau n », « niveau n +1 » etc.,sur uen échelle absolue.

J’aime pas les militaires et…. cet homme est un militaire donc !!!!!..etc..etc….

Biblio : La sémantique générale A. Passebecq CEREDOR Vence