Les pandémies du XXe siècle ; deux à trois ans chacune.

https://www.sudouest.fr/sante/coronavirus/confinement/covid-19-quelle-sont-les-plus-longues-epidemies-de-l-histoire-1659862.php Par Cathy Lafon
Publié le 23/11/2020 à 18h12
Mis à jour le 24/11/2020 à 15h00

Grâce aux progrès de l’hygiène et de la médecine, les pandémies d’infection respiratoire de type grippal les plus récentes à l’aune de l’histoire de l’humanité, n’ont ont presque toutes duré de deux à trois ans. Seule exception : la grippe A (H1N1), qui n’a circulé « que » pendant un an et quatre mois, d’avril 2009 à août 2010. Si les transports et les échanges entre pays étaient bien moins fréquents qu’aujourd’hui et la population mondiale moins nombreuse – en 1960, au crépuscule de la pandémie de grippe A (H2N2), elle n’était que de 3 milliards d’habitants -, il existe des raisons d’espérer que cette pandémie de coronavirus, différente des précédentes, soit moins longue et mieux gérée. Pour y remédier, on peut toutefois compter sur les constants progrès de la science et une prise en charge des patients et des moyens de détection bien meilleurs. Et bien sûr, sur l’arrivée de nouveaux vaccins, très attendus.

La grippe espagnole: 1918-1920

Un hôpital militaire américain à Aix-Les-Bains, en France, lors de la pandémie de guerre espagnole, en 1918.
Un hôpital militaire américain à Aix-Les-Bains, en France, lors de la pandémie de guerre espagnole, en 1918.Wikimedia Commons

2 ans, entre 20 à 100 millions de morts

La grippe terrible espagnole a sévi deux ans. De mi-octobre à mi-novembre 1918, la propagation du virus explose conduisant à un pic de mortalité, de novembre à décembre 1918. S’ensuite une période d’accalmie de deux mois de décembre 1918 jusqu’à janvier 1919 où la grippe espagnole connaît sa troisième vague et va continuer à emporter ses victimes jusqu’au printemps suivant. L’été de l’année 1919 marque la fin de la pandémie de la grippe espagnole qui décline fortement, après avoir contaminé près de la moitié de la population mondiale. Le dernier cas sera signalé en juillet 1921, en Nouvelle-Calédonie.

En deux ans, ce fléau qui a touché entre un tiers et la moitié de la population mondiale, a tué dans le monde entre 20, 50, voire 100 millions de personnes, selon les estimations, dont 240.000 en France.

La grippe asiatique : 1957-1958

raitement épidémique de la grippe asiatique dans un hôpital de Suède, photo prise en 1957.
raitement épidémique de la grippe asiatique dans un hôpital de Suède, photo prise en 1957.Wikimedia Commons

1 an, environ 4 millions de morts

Apparue dans une province méridionale de la Chine, en février 1957, la grippe asiatique de sous-type H2N2 frappe l’Asie (d’où son nom) avant de s’étendre en Amérique et en Europe. C’est à partir de la rentrée 1957, en septembre et en octobre que la France est frappée à son tour.

Entre 1957 et 1958, la maladie, perçue à l’époque par les autorités française comme une grippe banale, la plus ordinaire des grippes saisonnières, et donc bénigne, elle a fait environ 4 millions de morts – dont entre 11.000 à 100.000 en France. On tente d’élaborer un vaccin, mais il ne sera définitivement mis au point qu’en 1970.

>>> Le saviez-vous ? Dans les années 1950, un Périgordin a inventé un vaccin français contre la grippe

La grippe de Hong Kong : 1968-1970

« C’est « A-2″, le virus de Hong-Kong qui envoie les Français au lit »

10 décembre 1969.
10 décembre 1969.Archives Sud Ouest

2 ans, environ un million de morts

La souche de la grippe asiatique a malheureusement évolué provoquant une nouvelle pandémie meurtrière : la grippe de Hong Kong. Le virus H3N2 se déclare à Hong-Kong durant l’été 1968. Il traverse d’abord l’Asie puis, fin 68, les Etats-Unis, et déferle sur l’Europe fin 69, tuant cette fois autour du monde environ un million de personnes, selon le bilan de l’OMS. Dès novembre 1968 des vaccins efficaces sont toutefois mis au point pour endiguer cette épidémie considérée comme la première pandémie de l’ère moderne.

Une véritable psychose

En décembre 1969, les archives de ‘Sud Ouest’ attestent qu’une véritable psychose de la grippe s’est emparée de la France :

On se rue sur les vaccins, écrit « Sud Ouest » le 12 décembre 1969, mais trois semaines sont nécessaires pour être immunisé contre le mal.

Epidémie et pandémie, quelle différence ?

Epidémie du grec « épi » (au dessus) et « démos » (peuple). Une épidémie est la propagation d’une maladie infectieuse à un grand nombre de personnes le plus souvent par contagion.Pandémie du grec « pan » (pour tous). Si l’épidémie se répand sur une large zone géographique, on parle de pandémie.

Covid-19 : quelle sont les plus longues épidémies de l’histoire ?

  Lecture 4 minAccueilSantéCovidConfinement : Sud Ouest Et Vous

Covid-19 : quelle sont les plus longues épidémies de l'histoire ?
La peste de Justinien, à la fin de l’Empire romain et au début du Moyen-âge, a duré deux siècles. © Crédit photo : Wikimedia Commons

Par Cathy Lafon
Publié le 23/11/2020 à 18h12
Mis à jour le 24/11/2020 à 15h00S’ABONNERLa question est dans toutes les têtes : alors que l’arrivée des vaccins contre le Covid-19 est très attendue, combien de temps va durer la pandémie ? Un, deux ou trois ans, comme celles qui ont frappé la planète au XXe siècle ? Mais au fait, quelle a été la plus longue épidémie de tous les temps ?

En août 2020 , l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) , réunie à Genève, a prévenu que la pandémie de coronavirus allait probablement être « très longue ».

>>> Sur notre site: Coronavirus : vaccins contre le Covid-19, tout ce que l’on sait

Avec l’automne, la menace s’est concrétisée et la deuxième vague de la pandémie de Covid-19, apparue il y a un an en Chine, a frappé. L’Europe est son nouvel épicentre, et aucun pays, cette fois, ne semble épargné. Selon les chiffres de l’organisation, plus de 59,7 millions de cas confirmés ont été recensés dans le monde à ce jour depuis le début de la pandémie, et plus de 1,3 million de personnes y ont perdu la vie. Dont plus de 48.000 dans l’Hexagone et plus de 1.000 en Nouvelle-Aquitaine (au 23 novembre 2020).

>>> Sur notre site : Chronologie d’une épidémie mondiale : il y a un an, le premier cas de Covid-19 était signalé en Chine

Long, pour une pandémie, ça veut dire quoi exactement ? Si l’on regarde le passé, il faut remonter à la fin de l’Antiquité et au début du Moyen-Age pour retrouver la trace des plus longues épidémies connues de l’histoire.

La peste Antonine : 166-189

23 ans de pandémie, près de 10 millions de morts

La maladie apparaît à la fin de l’année 165 ou au début de 166, en Mésopotamie, pendant la campagne parthique de Vérus, et gagne Rome en moins d’un an. La pandémie durera au moins jusqu’à la mort de Marc-Aurèle en 180, et sans doute pendant la première partie du règne de Commode. D’après de récentes estimations, elle aurait considérablement réduit la population romaine, faisant près de 10 millions de morts entre 166 et 189.

La peste de Justinien : 541-750

Deux siècles de pandémie, entre 25 à 100 millions de morts

Le plus longue (et la plus meurtrière) de toutes les pandémies est sans conteste la peste de Justinien (c’était le nom de l’Empereur qui gouvernait Rome à l’époque), qui a duré environ deux siècles, de 541 à 750. Elle s’est propagée de la fin de l’Empire romain au début du Moyen-Âge tout autour du bassin méditerranéen. La maladie provoquait chez les malades le gonflement des ganglions, qu’on appelait les bubons, et souvent une mort rapide ensuite.

Pour certains, cette épidémie est partie d’Egypte. Pour d’autres, elle serait venue d’Asie centrale et aurait été propagée via la Route de la Soie. Quelle que soit son origine exacte, elle a été véhiculée par les premiers échanges commerciaux. Les estimations des victimes varient de 25 à 100 millions de morts. Soit un tiers à la moitié de la population de l’époque. Avec 10.000 morts par jour, Constantinople aurait ainsi perdu, en un été, 40% de sa population.

La Peste noire : 1447-1353

La peste noire, « Le Triomphe de la Mort » par Pieter Brueghel l’Ancien, 1562.
La peste noire, « Le Triomphe de la Mort » par Pieter Brueghel l’Ancien, 1562.Museo del Prado Wikimedia Commons

6 ans de pandémie, entre 25 à 60 millions de morts

C’est peut-être la moitié de la population d’Occident qui a disparu pendant la Peste noire, au milieu du XIVe siècle. Entre 1347 et 1353, de Marseille à Moscou, arrivée de Chine, la maladie, provoquée par une puce infectée, ravage l’Occident. Apparue en 1334 (comme le Covid-19) dans la région de Hubei ou se trouve la ville de Wuhan, elle dévaste de 30 à 60 % de la population en Europe, soit de 25 à 60 millions de personnes. Ce sont les conquêtes Mongoles qui ont contribué à sa propagation. La violence et la soudaineté du mal, sa progression inexorable à travers l’Europe, l’inefficacité des soins et le nombre élevé des victimes traumatisent pour longtemps les contemporains. En six ans, elle entraîne une terrible dépression démographique et modifie parfois en profondeur les comportements sociaux.

%d blogueurs aiment cette page :